SOUVENIRS HISTORIQUES

Ventes Passées :

Vente du 16 novembre 2015

 

187*. MARIE-ANTOINETTE, reine de France et MADAME ELISABETH, princesse de France.
Important fragment de la tapisserie brodée par la reine et sa belle-sœur, Madame Elisabeth, lors de leur captivité à la prison du Temple. A décor de pois multicolores sur fond noir, bordé de bandes roses. La tapisserie est faite à partir des bouts de laine que la reine avait sur place. Au dos est brodée une étiquette portant l’inscription manuscrite « Tapis fait au Temple par la Reine Marie-Antoinette et Madame Elisabeth sœur de Louis XVI ». H. : 39 cm – L. : 80 cm.

 

Vendu 22 500 €

Vente du 16 novembre 2015

 

170. CHAUSSON PORTÉ PAR LOUIS XVII LORS DE SA CAPTIVITÉ AU TEMPLE.
Tricoté en fils de soie. Porte brodée l’initiale D (Dauphin) sous couronne royale en fils rouge. Conservé sous verre dans un encadrement moderne. Rousseurs, raccommodage, mais bon état général. Travail français du XVIIIe siècle. Encadrement : H. : 10 cm – L. : 23 cm.

 

Vendu 10 625 €

Vente du 16 novembre 2015

 

169.GILET DE LOUIS XVII PORTÉ LORS DE SA CAPTIVITÉ AU TEMPLE.
LOUIS, duc de Normandie, dauphin de France, futur LOUIS XVII (1785-1795).
Gilet en fine toile de coton blanc, à motifs alternés de raies ton sur ton, fermant sur le devant par deux rangées de onze boutons brodés, agrémenté de deux poches. Porte brodée l’initiale D (Dauphin) en fils rouge.Rousseurs et légères usures du temps, mais bon état général. Travail français du XVIIIe siècle.

 

Vendu 40 000 €

Vente du 16 novembre 2015

 

147. FICHU PORTÉ PAR LA REINE MARIE-ANTOINETTE LORS DE SA CAPTIVITÉ AU TEMPLE.
En linon, bordé d’un motif imprimé de fleurs rouges, porté par la reine dans son cachot à la prison du Temple, avant son exécution le 16 octobre 1793. Il fut ensuite porté par sa belle-sœur, Madame Elisabeth (1764-1794). Conservé sous verre dans un encadrement moderne.
Rousseurs, mais bon état général. Travail français du XVIIIe siècle. Encadrement : H. : 23 cm – L. : 23 cm.

 

Vendu 12 500 €

Vente du 16 novembre 2015

 

144*. ÉCOLE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE.
Vue de la Tour du Temple.
Aquarelle conservée dans un cadre en bois naturel.
Légères usures du temps, mais bon état général.
A vue : H. : 36 cm – L. : 26 cm.
Cadre : H. : 59 cm – L. : 48, 5 cm.

 

Vendu 4 375 €

Vente du 16 novembre 2015

 

14. LOUIS XV, roi de France (1710-1774). Provisions de Commandeur de l’Ordre Militaire de Saint-Louis à la pension de trois mille livres par an au bénéfice de Maxime de Chastenet, Marquis de Puységur, données à Versailles, le 1er avril 1760, signées Louis, et contresignées sur le revers par le duc de Choiseul, pièce manuscrite sur parchemin, avec cachet en cire rouge aux armes de France au bas du document. H. : 55 cm – L. : 67 cm.

Vendu : 1 875 €

Vente du 16 novembre 2015

 

5.    WERNER Joseph (1637-1710), et atelier.
Allégorie du mariage du Grand Dauphin Louis de France avec la princesse Marie-Anne de Bavière, vers 1680.
Gouache sur parchemin du XVIIe siècle, de forme ovale, conservée dans un cadre en bois doré et argenté de style baroque
H. : 20 cm – L. : 27 cm.

 

Vendu : 12 500 €

Vente du 28 avril 2014

 

79. LOUIS-PHILIPPE, roi des Français et sa famille.
Belle collection de treize médaillons de forme ronde, en biscuit sur fond bleu pâle, représentant les profils du roi Louis-Philippe et des membres de sa famille, conservé sous verre bombé dans un encadrement en bois noirci, cerclé d'une frise doré. Représentant : le roi Louis-Philippe (1773) ; la reine Marie-Amélie (1732) ; la princesse Adélaïde d'Orléans (1777) ; la princesse Hélène de Mecklembourg, duchesse d'Orléans (1814) ; la princesse Louise d'Orléans, reine des Belges (1842) ; Léopold Ier, roi des Belges (1790) ; la princesse Marie d'Orléans (1813) ; le prince Antoine d'Orléans, duc de Montpensier (1824) ; le prince Henri d'Orléans, duc d'Aumale (1822) ; le prince Ferdinand duc d'Orléans (1810) ; le prince Louis d'Orléans, duc de Nemours (1814) ; la princesse Victoria de Saxe-Cobourg-Gotha, duchesse de Nemours (par Barre, 1840) ; la prince François d'Orléans, prince de Joinville (par Barre, 1841).
Manufacture royale de Sèvres, milieu du XIXe siècle.
Diam. : 10, 50 cm.
Cadre : H. : 19 cm – L. : 18 cm.

Estimation : 5 000/6 000

Vendue 12 500 €

Vente du 28 avril 2014

 

30. PAIRE D'AIGUILLES A TRICOTER EN IVOIRE AYANT APPARTENU A LA REINE MARIE-ANTOINETTE (1755-1793).
Conservées sous verre dans un encadrement postérieur de style Louis XVI, en bois doré surmonté d'une couronne royale reposant sur une branche de laurier.
Selon les descriptifs faits lors de la vente de la collection Alain Bancel en 2003, du catalogue de la succession du comte Jean de Gaigneron en 1976 et celui du catalogue de l'exposition consacrée à la Reine Marie Antoinette à Versailles en 1955, cette paire d'aiguilles à tricoter aurait appartenu à la reine Marie-Antoinette et utilisée par la souveraine lors de sa captivité à la prison du Temple. Elle les aurait fait chercher aux Tuileries par la fille de son geôlier Tison, après en avoir fait la demande au Comité de Salut public. Elle les auraient ensuite léguées par l'épouse de l'Amiral Armand Bruat, née Caroline Félicité Peytavin d'Aulx (1821-1893), nommée le 4 mars 1856 par l'empereur Napoléon III, gouvernante des enfants de France, à Madame Lafond de Lucy, puis transmises par descendance au comte Etienne Bandy de Nalèche (1865-1947), et restées jusqu'alors dans la famille de ce dernier avant d'être mises en vente lors de la succession du comte Jean de Gaigneron en 1976. C'est à cette occasion qu'Alain Blancel en fit l'acquisition. Lors de l'exposition de 1955 elles étaient « placées dans un cadre doré avec leur étui en soie marron ». Après cette date le cadre fut changé et l'étui disparut.
Aiguilles : L. : 51, 5 cm.
Encadrement : H. : 26 cm – L. : 70 cm.

Estimation : 20000/30000

Vendue 25 000 €

Vente du 3 avril 2013

 

186. Nicolas II et sa famille. Bel et rare ensemble d’environ 204 photographies anciennes, prises par Pierre Gilliard(1879-1969). Précepteur de français des enfants du tsar, avec qui il passa treize années à la cour impériale de septembre 1905 à mai 1918. Ces documents révèlent la vie quotidienne du dernier tsar, de son épouse l’impératrice Alexandra Féodorovna et de leurs cinq enfants. Pierre Gilliard s’est occupé notamment de l’éducation du tsarévitch Alexis Nicolaïévitch, dont la santé fragile, en raison d’une maladie héréditaire transmise par sa mère, l’hémophilie, demandait des soins particuliers et une attention journalière. Souvent émouvants et touchants, ces clichés sont le témoignage rare et souvent méconnu d’une existence tragique. On peut voir l’empereur jouant avec ses enfants, en promenade avec son fils, les grandes-duchesses au palais de Livadia, ou à leur table de travail, l’impératrice au chevet du tsarévitch malade, l’empereur au GQG à Moglieff durant la guerre ou en captivité avec les siens au palais Alexandre en mars 1917. La position de Pierre Gilliard lui permit de vivre dans l’intimité des Romanoff, dont il a partagé la vie jusqu’aux derniers instants de captivité. Ayant pu être épargné par miracle de la tragédie effroyable d’Ekaterinbourg, où toute la famille impériale fut assassinée, il réussit à sauver des centaines de photographies qu’il réalisa durant son séjour en Russie. Après la Guerre, de retour en Suisse, il fit parvenir à de rares personnes des retirages de ces photographies, comme avec cet ensemble qu’il avait offert à la soeur cadette du dernier empereur de Russie, la grande-duchesse Olga Alexandrovna (1882-1960), réfugiée au Canada avec son mari et ses deux enfants. Gilliard fut également l’un des premiers à publier ses mémoires en 1921, chez Payot, sous le titre : Le tragique destin de Nicolas II et de sa famille, et à prendre position ouvertement dans l’affaire Anna Anderson, contre celle qui se disait être la Grande-duchesse Anastasia, en publiant en 1929, toujours chez le même éditeur, La fausse Anastasie, histoire d’une prétendue grande-duchesse de Russie. La plupart des illustrations figurant dans les deux ouvrages se trouve dans l’ensemble que nous vendons présentement. Tirages argentiques d’époques imprimés sur papier carte postale. Formats divers. 20 000/30 000€

 

Vendu : 62 500 € (frais compris)

Vente du 3 avril 2013

 

280 Précieuse relique du roi Louis XVI. Conservée dans un cercueil miniature en acajou et en ébène sculpté, orné sur le devant d’une plaque ovale en ivoire sculpté aux armes de France sur fond d’une croix et d’une ancre de marine symbolisant les trois valeurs théologales (avec le coeur, remplacé par les armes de France, ils symbolisent la foi, l’espérance et la charité chrétiennes), renfermant un fragment d’étoffe tissé en fil de lin, taché du sang du roi Louis XVI, comme le précise l’inscription manuscrite à l’encre sur la feuille de papier qui le conserve : « Sang précieux de Louis XVI, 21 janvier 1793. Donné par le colonel Joubert en 1829 ». Au fond du cercueil figure une petite bourse en tissu cousu à la main contenant du sable, recueilli probablement sur le sol au pied de la guillotine, le jour où le roi fut décapité. Cercueil : H. : 9 cm – L. : 13 cm.
Etoffe : L. : 20, 5 cm – L. : 16 cm. Est. : 4 000/6 000 €

 

Vendu : 18 750 € (frais compris)

Vente du 18 juin 2012

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Lot 54

Catherine II, impératrice de Russie (1719-1796).

Bel éventail plié à 23 brins. Feuille en papier, rehaussé à la gouache, ornée de cinq portraits en grisaille vus de profils des membres de la famille impériale, dont au centre celui de la souveraine, entourée de son époux, le tsar Pierre III (1728-1762), de son fils Paul (1754-1801), de sa belle-fille née Sophie de Wurtemberg (1759-1828). Monture en ivoire à décor polychrome d’époque Louis XV.

Eventail H. : 27 cm – L. : 46 cm.

Cadre: H. : 39 cm – L. : 58 cm.



Adjugé: 11 245 € (frais compris)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Lot 57

CUNNINGHAM Edouard (1742-1795), d’après.

Portrait de l’impératrice Catherine II de Russie (1729-1796).

Huile sur carton, conservée dans cadre moderne en bois doré sculpté surmonté de l’aigle impériale des Romanoff.

H. : 44 cm – L. : 34 cm.

 

Adjugé : 16 242 € (frais compris)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Lot 64

Maria Féodorovna, impératrice de Russie.

Porte-feuilles en acier poli, à décor d’arabesques argentées et dorées, orné au centre d’un médaillon ovale, représentant un portrait polychrome de la jeune impératrice (fixé sous verre), intérieur à deux compartiments capitonnés de taffetas de soie moirée de couleur rose. Travail français, vers 1850.

H. : 14 cm – L. : 9 cm.



Adjugé : 5623 € (frais compris)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Lot 72

Enfants du tsar Alexandre III. Ensemble de 6 modèles différents d’enveloppes de correspondance utilisées par les enfants du tsar, dont une au monogramme du grand-duc Michel Alexandrovitch, du tsarévitch Nicolas (futur Nicolas II) et deux enveloppes utilisées par les grandes-duchesses Xénia et Olga, etc.



Adjugé : 2000 € (frais compris)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Lot 83

Nicolas II, empereur de Russie – Résidence privée du souverain. Ensemble de 48 plaques photographiques conservées dans leur coffret d’origine en chêne, représentant les appartements privés du tsar Nicolas II, de son épouse et de leurs enfants au Palais Alexandre. Bon état dans l’ensemble, usures du temps.

Plaques photographiques polychromes sur verre, attribuées à Hahn, circa 1914.

Plaque : H. : 12 cm – L. : 9 cm.

Coffret. : H. : 11 cm – L. : 35 cm.



Adjugé : 66 219 € (frais compris)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Lot 101

Les Mikhaïlovitch - Présentoir à photographie en cuir, contenant huit portraits photographiques signés Bergamasco et Westly à Saint-Pétersbourg, représentant le grand-duc Michel Mikhaïlovitch (1832-1909), son épouse la grande-duchesse Olga Féodorovna, née princesse Cécile de Bade (1839-1891), avec sa signature autographe au bas du document : « Olga », ses fils les grands-ducs Nicolas, Michel, Georges, Serge, Alexandre, Alexis. La couverture en cuir est ornée d’un décor de feuilles de chêne en relief.

Fermé : H. : 23, 5 cm – L. : 17, 5 cm.

Ouvert : H. : 23, 5 cm – L. : 134 cm.



Adjugé : 7747 € (frais compris)

Vente du 25 mars 2011

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Lot 7

Profil en médaillon de Louis XIV, roi de France (1643-1715). Travail finement

sculpté en ivoire représentant le souverain vêtu d’une cuirasse et d’une cape, il porte

sur le devant un large jabot à dentelle et ses cheveux dénoués tombent en boucle sur

ses épaules. Léger accident sur le côté droit.

Conservé dans un cadre en bois doré. 

Dieppe, fin du XVIIe siècle.

Ivoire d’éléphant.

H. : 12 cm – L. : 8, 5 cm.

 

Adjugé : 22 000 €

Vente du 14 décembre 2010

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Lot 164. 

Service d'apparat du château de Neuilly pour le roi Louis-Philippe.
Partie de service à café en porcelaine blanche, comprenant une cafetière, un sucrier, une tasse et deux sous-tasses, à décor de bouquets de fleurs polychromes encadrées de frises géométriques dorées, les prises sont en or mat et en relief, représentant des têtes et des motifs inspirés du répertoire antique, surmonté de couronnes de feuilles de lauriers.


Chaque pièce de ce service est ornée de motifs différents, ce qui est d'une grande rareté.
Petites usures du temps et léger accident, mais très bon état dans l'ensemble.

Manufacture de Sèvres, marque bleue LP 1835 sous couronne royale, marque grise LP 1836, LP 1846 sous couronne royale.
Marque du doreur signé Girard.
H. : 19 cm -L. : 13 cm., H. : 15 cm -L. : 12,5 cm.
H. : 13 cm -L. : 12,5 cm., Diam. : 16 cm.

 

Adjugé : 6 000 €

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Lot 253. 

Importante bibliothèque en acajou, composée de deux corps vitrés, encadrant un troisième corps formant un cartonnier, avec moulures rehaussées en bois d'ébène.
Travail français, Époque : Empire.
H. : 227 cm
L. : 423,5 cm.
Provenance : vente du mobilier du château de Brienne-Le-Château, dans l'Aube, le 7 octobre 1933 par le ministère de Maître Félix.

 

Adjugé : 8 000 €

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Lot 421.

VUITTON, Gaston Louis.
Ensemble de 5 carnets à dessins lui ayant appartenu, réalisés à Asnières/Seine et à Pont-Aven, et datés de 1898 à 1938.
Contiennent chacun des dessins, esquisses, aquarelles et crayons de couleur, caricatures, portraits, souvenirs et notes autographes, concernant les différents lieux de ses villégiatures, en France et en Europe.

 

Adjugé : 16 000 €

Vente du 28 mai 2010

Cliquer sur l'image pour agrandir

Lot 123.

ISABEY Jean-Baptiste (1767-1855), attribué à.

Prince Joachim Murat, roi de Naples (1767-1815), en buste de trois-quarts gauche, en grande tenue, portant un uniforme blanc, épaulettes et parement or. Miniature sur vélin, non signée, conservée dans un cadre rectangulaire à vue ovale en placage de palissandre, dans un entourage de laiton doré à décor de palmettes. Usures et manques, accident au cadre.

A vue : H. : 14, 5 cm - L. : 11 cm.

Cadre : H. : 21, 5 cm - L. : 18 cm.

Porte au dos sur une étiquette avec l’inscription manuscrite : «Isabey, 1809 »

 

Adjugé : 4 200 €

Vente du 3 mars 2010

Cliquer sur l'image pour agrandir

Lot 102  

Olifant en ivoire à décor sculpté, aux armes de France, entourées des médaillons représentent les profils des rois Henri II, Henri III, François Ier, Charles IX, et François II, surmontés de trophées et d’animaux.

Travail du XIXe siècle. Petits accidents, mais bon état dans l’ensemble.

Diam. : 7 cm – L. : 79 cm.

 

Adjugé : 1 900 €

Cliquer sur l'image pour agrandir

Lot 105  

Armand de Bourbon, prince de Conti. Gravure de L’ Armessin, datée de 1661, représentant un portrait en médaillon du prince. Conservée dans un cadre moderne. A vue : H.: 27 cm - L.: 9 cm.

Cadre : H. : 49 cm – L. : 38 cm.

 

Adjugé : 6 800 €

Cliquer sur l'image pour agrandir

Lot 119 

Duc de Berry. Cadre de présentation à suspendre en placage d’ébène, surmonté d’une frise en bronze doré. Au bas est appliquée une plaque sur laquelle est gravée : « Plaque de l’ordre du Saint-Esprit que portait S.A.R. Monseigneur le duc de Berry. Mort assassiné le 14 février 1820. » Travail du XIXe siècle. Accidents à la moulure. H.: 24 cm - L.: 16 cm.

 

Adjugé : 1 900 €

 

Lot 120.

Duc de Berry. Cadre de présentation à suspendre en placage d’ébène, surmonté d’une frise en bronze doré. Au bas est appliquée une plaque sur laquelle est gravée : « Croix de la Légion d’Honneur que portait S.A.R. Mgr le duc de Berry. S.A.R. Madame la duchesse de Berry a daigné me la donner pour dernier souvenir. Ce mouchoir me fut donné par S.A.R. Mgr le duc de Berry lui-même peu de jours avant sa mort. » Travail du XIXe siècle. Petit accident, mais bon état dans l’ensemble. H.: 24 cm - L.: 16, 5 cm.

 

Adjugé : 2 300 €

Cliquer sur l'image pour agrandir

Lot 176   

Zita, impératrice d’Autriche. Etui à cigarettes en argent de la Maison Carl Hiess à Vienne, intérieur vermeil, s’ouvrant à charnière, appliqué du monogramme de l’impératrice sous couronne impériale en or, avec un fume cigarettes en écaille appliqué également du monogramme de l’impératrice en or.

Conservé dans son écrin d’origine gainé de cuir rouge.

Usures du temps, accident au fume cigarettes.

Etui : H. : 8 cm – L. : 6 cm. Poids : 89 grs. Ecrin : H. : 11 cm – L. : 10 cm.

 

Adjugé : 2 600 €

Cliquer sur l'image pour agrandir

Lot 202  

Etui à cigarettes en argent, intérieur vermeil, à décor appliqué au centre de la couronne royale d’Iran en or, sur fond gravé de feuillage et d’arabesques. Conservé dans son écrin d’origine en percaline bleue de la Banque Melli à Téhéran. Bon état, petites usures à l’écrin.

Travail iranien de la seconde partie du XXe siècle.

H. : 1 cm - L. : 13 cm - P. : 8 cm - Poids brut: 171 grs.

 

Adjugé : 2 900 €

Cliquer sur l'image pour agrandir

Lot 207.

Maison royale de Savoie. Fouet de vannerie, manche en bois de cerf, avec une bague en argent gravée des grandes armes de la Maison royale de Savoie. Travail de la fin du XIXe siècle. L. : 67 cm.

 

Adjugé : 1 400 €

Vente du 4 février 2008

Cliquer sur l'image pour agrandir

Lot 21. 

Duchesse de Berry. Aquarelle signée Brun représentant une vue générale du château royal de Bordeaux et intitulée: « offrande à S.A.R. Monseigneur le duc de Bordeaux sous les dignes auspices de son Auguste mère». Cadeau offert par l’artiste à la duchesse de Berry et noté de sa main au bas du document: «Par son bien dévoué et très humble serviteur Brun, peintre et professeur de dessin, né et habitant de Bordeaux, ce 17 juillet 1825». Au dos figure la note manuscrite suivante: «Donnée par Son Altesse Royale Madame la duchesse de Berry pour la loterie en faveur des malheureux espagnols exilés. Loterie tirée le 3 mai 1841 à Paray le Monial, par la comtesse de Montrichard, née Aubercy, gagnée par Melle Marie Joséphine (...)». Conservée dans son cadre d’origine en bois doré à décor de cygnes. Bon état. L.: 38 cm – H.: 46 cm.

 

Adjugé : 3 000 €

Cliquer sur l'image pour agrandir

Lot 28. 

Toilette de la duchesse de Parme. Grande boîte-coffret signée de l’orfèvre François-Désiré Froment-Meurice (1802-1855), gravée sur la couvercle des armes Bourbon-Parme surmontées de la couronne royale, à décor de roses, de lierres et de fleurs de lys. A l’intérieur dans le même décor est gravée l’inscription «Lawington-Ecosse, 24 octobre 1851». Ce modèle présenté a servi comme pièce de travail à l’artiste en charge de réaliser un des éléments de la célèbre toilette de la duchesse de Parme. Travail français en laiton doré de 1851. Bon état.

L.: 45 cm – L.: 31 cm - H.: 4 cm.

 

Adjugé : 3 800 €

 Commandée en 1845, par souscription des dames légitimistes de France à l’occasion du mariage de Louise Marie-Thérèse de Bourbon (1819-1864), petite-fille de Charles X avec Charles III duc de Parme (1825-1854), la toilette fut achevée en 1851 et présentée la même année à l’exposition universelle de Londres. L’iconographie de cet ensemble, devait évoquer les valeurs de la France Traditionnelle ainsi qu’exalter les liens du mariage. Les lys et les roses de France se mêlent au lierre, symbole de la fidélité conjugale.

 

Cliquer sur l'image pour agrandir

Lot 162.

Portraits présumé des fils du duc de Montmorency. École française du début du XIXe siècle. Aquarelle, conservée dans un cadre en bois doré.

L.: 23 cm – H.: 33 cm.


Adjugé : 1 000 €

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Lot 278.

Bague en or et diamants à décor du monogramme de François-Joseph Ier empereur d'Autriche et roi de Hongrie (1830-1916) sous couronne impériale sertie de roses sur fond émaillé noir, dans un entourage de douze diamants taille ancienne (environ 3 carats). Monture argent et or transformée. Petites usures du temps mais très bon état dans l'ensemble.

Travail autrichien de la fin du XIXe siècle.

H.: 3 cm - L.: 2, 5 cm. Poids brut: 11 grs.


Ce type d'objet est assez rare, il était offert par le souverain en remerciement exceptionnel pour bons et loyaux services envers la Famille impériale d'Autriche. L'empereur François-Joseph, qui avait épousé en 1854, sa cousine Elisabeth duchesse en Bavière (Sissi), fit l'un des plus longs régne d'Europe, 68 ans.


4 500/5 500 €

Etude Coutau-Bégarie

60, avenue de la Bourdonnais

75007 Paris

 

Téléphone : 01 45 56 12 20

Fax : 01 45 56 14 40

 

Adresse email :

information@coutaubegarie.com

 

Nos horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi

De 09h00 à 12h30

& de 14h00 à 18h00

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
Copyright © Coutau-Bégarie 1993 – 2016 – Tous droits réservés