EVENTAILS

Ventes passées :

Vente du 14 octobre 2015

 

209.  De Brienne à Sainte-Hélène, vers 1900

Eventail plié, feuille double en peau gravée et rehaussée à la gouache. Monture en nacre blanche gravée de vases, de trophées et de symboles d’amour, et dorée. H.t. 24,5 cm / H.f. 15,5 cm (BE, une petite rest. au panache)

Dix-huit cartels numérotés, soulignés d’un ruban tricolore, rappellent les moments majeurs de la vie de Napoléon Ier depuis le collège de Brienne, et la célèbre bataille de boules de neige, premier « fait d’armes » de la légende napoléonienne, à l’exil sur le rocher de Sainte-Hélène. Au centre, la cérémonie du Sacre est surmontée d’un cartel montrant Napoléon, entouré de son mamelouk Ali, et de ses grenadiers, accueillant son fils le roi de Rome au paradis. En bordure, le célèbre bicorne, des canons et des épées, des aigles, le chiffre N et des couronnes impériales.

Au revers, parmi les lauriers en boutons ou en fleurs, un aigle couronné aux ailes déployées, retient dans ses serres, un grand livre ouvert où figurent en espagnol les légendes des cartels de la face. Ainsi au numéro quatre : « Kléber dice à Napoleon Soïs grande como el mundo », ou au n°11 « Marengo 2 junio 1800 ».

 

Vendu : 5 000 €

Vente du 14 octobre 2015

 

203.  Marie Dumas, Perce-neiges, vers 1900

Eventail plié, feuille double en peau peinte à la gouache. Signée à gauche « M. Dumas ». Au revers, des branches fleuries de cerisiers, et des marguerites rappelant le décor de la monture. Signé « Duvelleroy ». Monture en corne et nacre appliquée. Rivure en nacre. H.t. 29 cm / H.f. 17 cm. Dans sa boite en maroquin vert portant le chiffre A.D. et sous le couvercle le fer doré de la maison Duvelleroy. (TBE de la feuille, petits manques de nacre sur les brins). L’évocation du Printemps présente sur un fond de perce-neiges un large cartel en bordure duquel se reposent un amour et une femme. En panorama, deux femmes en compagnie d’amours cueillent les premières fleurs de la saison. Très originale, la gorge est ornée au centre d’un amour en nacre sculptée et gravée parmi un mouvement de marguerites de nacre en relief. Le décor de fleurs en nacre appliqué se retrouve sur les panaches.

 

Vendu : 5 625 €

Vente du 14 octobre 2015

 

132.  Le char de l’aurore, vers 1760

Eventail plié, feuille double en peau peinte à la gouache. Au dos, ruines. Monture en ivoire (spécimen réalisé dans de l’ivoire d’Elephantidae spp (I/A), spécimen dit pré-convention antérieur au 01/06/1947 (Règle CE 338/97 du 9 déc. 1996 art. 2-W mc). De ce fait, l’utilisation commerciale dans l’UE est autorisée*), repercé, doublé de burgau. H.t. 31,3 cm/H.f. 16,5 cm (rest.). Précédé par l’Aurore, Apollon retient les rênes de ses chevaux tirant le char du Soleil. Autour de lui les heures dansent. Cette composition allégorique est empruntée au peintre italien Guido Reni qui réalisa cette fresque pour le Palais Parravicini Rospigliosi à Rome entre 1612 et 1614. La gorge présente un décor de trois médaillons en symétrie. Fermé, l’éventail présente sur ses champs un riche décor sculpté de fleurs et de rinceaux. Au centre, sur la face, un homme tient une cage à oiseau Sur le revers, une femme est assise.

 

Vendu : 4 875 €

Vente du 14 octobre 2015

 

126.  Trompe-l’œil et nature morte, vers 1760

Eventail plié, feuille double en papier peint à la gouache. Monture en ivoire (spécimen réalisé dans de l’ivoire d’Elephantidae spp (I/A), spécimen dit pré-convention antérieur au 01/06/1947 (Règle CE 338/97 du 9 déc. 1996 art. 2-W mc). De ce fait, l’utilisation commerciale dans l’UE est autorisée*) repercé, peint à la gouache. H.t. 29 cm/ H.f. 13 cm (TBE). Mêlés de fleurs, les rubans de dentelle en trompe-l’œil courent sur la feuille et son effet de veines du bois. Trois cartels sont peints de scènes suivant des thèmes variés. A droite, en camaïeu de bleu, un navire vogue toutes voiles dehors au soleil couchant. A gauche, le parfum d’une riche nature morte de prunes, raisins et pêches, attire papillon et abeille. Au centre, un groupe profite des bords d’un fleuve pour jouer avec un chien. La monture reprend cette iconographie en trois cartels sur fond de dentelle : un navire en camaïeu de bleu à gauche, des fleurs dans le cartel de droite et une large nature morte de fruits d’automne au centre. Au revers, entre deux natures-mortes de melons, raisins, poires et cerises, un cartel en camaïeu de bleu accueille deux personnages dans une cour de ferme. Sur le revers de la gorge, les contours du décor de la face sont repris.

 

Vendu : 6 250 €

Vente du 14 octobre 2015

 

124.  La métamorphose de Limax d’après Guido Reni, vers 1760-1770

Eventail plié, feuille en peau peinte à la gouache. Au revers, vue d’une ville fortifiée dans la campagne. Monture en nacre repercée, gravée et rehaussée à la gouache, dorée à décor de trois cartels ornés de trophées champêtres encadrant des musiciens. H.t. 30,5 cm H.f. 15,7 cm (B.E. petites rest. à la feuille). Rarement représentée, cette composition d’après Guido Reni (1572-1642) réunit Flore en majesté, au centre, jetant un sort à Limax qui se métamorphose en limace. Ayant négligé le jardin de Flore dont il avait la charge, et ayant autorisé son frère à en voler les fruits, Limax subit le courroux de la déesse. Les saisons à droite, dont une est omise, comparée à la gravure originale, s’amusent de la scène. A gauche, le frère de l’infortuné, Brucas, est effrayé. Il sera bien vite transformé en chenille. La monture reprend le thème du jardin en associant trophées horticoles et scènes de divertissements champêtres.

 

Vendu : 3 750 €

Vente du 14 octobre 2015

 

95.    Le char de l’amour, vers 1640-1660

Eventail dit « quatre images », palmettes en soie peinte à la gouache. Monture en ivoire aux brins serpentiformes sans décor

H.t. 17,2 cm /H.f. 10,4 cm (acc.). De très petite dimension, cet éventail présente sur sa face l’Amour sur son char, entouré par deux compagnons. De part et d’autre, ne se découvrant qu’à demi, les palmettes de soie sont peintes de fleurs sur fond alternativement beige et vert. Au revers, cette même alternance de couleurs est rehaussée par des guirlandes de fleurs roses et bleues. En l’ouvrant de la droite vers la gauche, les palmettes découvrent des fleurs bleues et violettes sur fond beige, et des fleurs argent sur fond vert.

N.B. rarissime éventail du XVIIe siècle, de très petite dimension, dont très peu d’exemples nous sont parvenus. Il est à rapprocher un modèle plié conservé au Fitzwilliam museum (inv. M.210-1985)

 

Vendu 5 000 €

Vente du 12 février 2014

 

120. Alfred Jorel, Diane chasseresse, vers 1900-1910
Éventail de type brisé en ivoire, émail, pierres de lune, dorure. (le brin central présente une fêlure à gauche)
H.t. 19,6 cm.
Sous une arche soulignée de pierres de lune, Diane caresse un chien d'une main et retient son arc de l'autre. La sculpture est mise en valeur par une plaque d'émail bleu. A ses pieds, un mascaron à tête de faune et des congélations. Derrière elle, sous les branches d'une forêt de chênes, une meute poursuit un cerf.
Le haut des brins est sculpté de branches et feuilles de chêne. La silhouette des panaches rappelle la forme d'une flèche.
Signé « A. Jorel ».

 

Vendu 8 100 €

Vente du 12 février 2014

 

Le carnaval, vers 1750
Éventail plié, feuille en papier peint à la gouache.
Monture en ivoire, paillon doré, gouache (un brin avec un petit acc.)
H.t. : 27 cm/ H.f. 12 cm
Sur les boulevards parisiens, parmi l'encombrement des carrosses, se faufilent des comédiens juchés sur une voiture. C'est le cortège du carnaval qui attire tous les regards, avec en tête Pierrot et Arlequin. Autour d'eux, des promeneurs s'amusent à les regarder, des marchands ambulants vendent pains et boissons.
Au revers, scène galante à la croisée de chemins, dans un sous-bois.
Au centre de la monture et sur les panaches, un décor de chinoiseries délicatement colorées est mis en valeur par un paillon doré. De chaque côté, sur la gorge, petites scènes galantes.

 

Vendu 10 200 € (frais compris)

Vente du 16 janvier 2013

 

109.  LEPAPE (G.), IRIBE (P.), BARBIER (G.),

L’éventail et la fourrure chez Paquin, Maquet, Paris, 1911. Luxueux ouvrage publicitaire réalisé pour la maison Paquin offrant 7 planches imprimées au pochoir, la première sur japon représentant un bouquet, les autres des éventails et manteaux de fourrures portés. Tirage limité à 300 exemplaires, celui-ci no 277, (cartonnage sali, quelques décharges et rousseurs), In-folio, cartonnage d’éditeur illustré par P. Iribe.

Est. : 1300/1800 €

Vendu : 2 500 €

Vente du 9 février 2012

Lot 285

 L’envol du hibou, éventail vers 1900, monture bois en trompe-l’oeil de palissandre, feuille de gaze de soie peinte, rehaussée de paillettes, d’un hibou éployé. Signé B Lache(t) ?, hauteur 27cm. Contenu dans une boîte 

 

Adjugé: 372 € (frais compris)

Lot 279

 

Eventail brisé de style Louis XV, vers 1850, en ivoire (?) décor en plein, peint, doré et verni d’un paysage au couple galant auprès d’une assemblée de jeunes gens sur la face ; sur l’envers un campement auprès de maisons.Trophées et paysages en lunettes sur le panache, H: 20 cm. Boîte de la maison Faucon à Paris gainée d’un pékin de soie

 

Adjugé: 521 € (frais compris)

Etude Coutau-Bégarie

60, avenue de la Bourdonnais

75007 Paris

 

Téléphone : 01 45 56 12 20

Fax : 01 45 56 14 40

 

Adresse email :

information@coutaubegarie.com

 

Nos horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi

De 09h00 à 12h30

& de 14h00 à 18h00

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
Copyright © Coutau-Bégarie 1993 – 2016 – Tous droits réservés